05 septembre 2007

aïta pea pea

fakaY penser parfois et puis oublier, passer à autre chose.
Etre nostalgique ne fait pas avancer, j'en fais un leitmotiv mais en réalité il n'y a pas plus nostalgique que moi !
Alors je résiste, j'évite d'y penser, je refoule mes souvenirs, j'évite les photos et les nouvelles.
Mais parfois la vague des souvenirs est trop forte - à moins que ce ne soit moi qui soit trop faible alors- et je me laisse submerger par mes pensées aux couleurs exotiques et aux odeurs sucrées.
J'entends leurs rires, le bruit profond de la mer, le chant des coqs au fond de la vallée au petit matin, j'ai le goût du uru cuit dans la bouche, celui de la papaye verte et du bonbon chinois... et puis...
Et puis je ferme les yeux. J'ai la sensation d'y être à l'autre bout du bout du monde mais je n'y suis pas. Et la réalité me saute aux yeux lorsque je les réouvrent.
J'essaie de comprendre pourquoi cette nostalgie alors que ma vie aujourd'hui est belle et que je suis heureuse et que je fais ce qu'il me plaît et que je suis avec l'homme que j'aime. Je ne comprends pas. D'autant que ma vie d'hier n'était pas si belle que ça, peut-être simplement était-elle plus légère. Peut-être qu'entre temps je suis devenue adulte et qu'en devenant adulte, j'ai perdu mon insouciance. Il faut que ça change.

Posté par fruit à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur aïta pea pea

Nouveau commentaire