02 mai 2007

Blondie, muguet et supermarché

Lundi je ne travaillais pas. Aussi, après avoir longuement traîné dans mon appartement vide -ben oui y'en a qui bosse- à regarder la mer une tasse de café à la main tout en écoutant France Inter, je me suis enfin décidée à me mettre en route. Autant je peux mettre des heures à me réveiller le matin, autant une fois que je suis lancée, je deviens hyperactive. Vaisselle de la veille, ménage, lessive, douche... à midi j'étais au supermarché histoire de remplir un peu le frigo.
C'est là que ça se corse : tout Marseille avait décidé de faire ses courses lundi à midi.
D’ordinaire, voyant cela, j'aurais abandonné mon panier et serai sortie en courant. Mais lundi j'ai pris mon mal en patience comme dit ma grand-mère et j'ai sagement rejoint la file d'attente d'une caisse au hasard.
J'étais occupée à renifler le pot de muguet destinée à ma cuisine quand Blondie est venue se placer derrière moi. Elle est arrivée tout sourire, un panier avec 2 articles à la main et 10 kilos d'or aux oreilles.  J'ai poliment répondu à son "bonjour" très avenant. Je crois que c'est là que je me suis aperçue de mon erreur, quand elle a posé sa main sur mon bras.
Y'a des situations où on devrait  oublier son éducation, rester froide, ne pas sourire, regarder ses pieds. Parce qu'il me restait bien 20 minutes encore à attendre avant de passer à la caisse quand Blondie a commencé à entamer sa rengaine : "faut pas se plaindre, y'a en qui sont à l'hôpital... la jeunesse d'aujourd'hui franchement c'est plus ce que c'était, les jeunes ont plus envie de bosser... toute façon, Marseille c'est l'bordel, les gens sont indisciplinés... j'ai pas le sou mais je me bats, pas comme d'autre... y'a plus d'saison... ". Je n'aime pas être prise à partie surtout sur des sujets que je ne cautionne pas. Pour répondre à Bondie, je souriais bêtement d'un air condescendant parce que lundi, j'avais vraiment pas envie de me prendre le chou.
Derrière Blondie, un couple est venu se poser avec son caddie plein de victuailles laissant présager la famille nombreuse laissée à la maison. Moi, je me suis frottée les mains quand Blondie à recommencer son manège avec eux. J'étais sauvée pour cette fois. Elle leur a parlé de son signe astrologique, de
politique aussi. J'avoue que sur ce dernier sujet, j'ai failli intervenir mais à quoi bon ? Arrivée à la caisse, mes pots de glaces s'étaient transformées en crèmes à la vanille et coulis de framboise, mon camembert était à point et je n'avais qu'une idée en tête : me retrouver chez moi et regarder la mer une tasse de café à la main.

Posté par fruit à 09:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Blondie, muguet et supermarché

    Ah oui, ces fameuses attentes à la caisse, le temps qui n'en finit plus de stagner, et certains voisins de queue de nous exaspérer ...

    Posté par Odile, 27 mai 2007 à 20:44 | | Répondre
Nouveau commentaire